arrêter le sucre

Arrêter le sucre : les effets sur l’organisme

Faut-il arrêter le sucre ? Oui quand on sait que consommé en excès il nuit fortement à la santé, à la silhouette, à l’état de forme général et au moral. Mais c’est aussi un aliment réconfortant, parfois addictif, dont il est difficile de se passer pour la plupart d’entre nous… Résultat, on en consomme beaucoup trop, souvent à notre insu. Mais cette année, c’est décidé, on arrête le sucre.

Peut-on vraiment être « addict » au sucre ?

Oui… et non. L’addiction au sucre n’est pas officiellement reconnue par les autorités sanitaires. Cependant, on estime  qu’entre 5 et 10% des Français seraient bien accros au sucre. Chercheurs et médecins s’accordent à dire que la consommation de produits sucrés active le « circuit de récompense » : le goût sucré déclenche la production de dopamine, l’hormone du plaisir. Cela nous pousse à vouloir revivre ce moment de plaisir, de manière de moins en moins contrôlable. C’est le mécanisme même de l’addiction.

Il n’existe aucun médicament pouvant guérir cette dépendance. Restent les méthodes qui ont fait leurs preuves en addictologie pour arrêter le sucre : la thérapie comportementale et cognitive, l’hypnose ou l’acupuncture. Mais nos modes de vie nous incitent à consommer toujours plus de sucre : le stress et la fatigue nous poussent vers des sources d’énergie et de plaisir rapides. Plus on mange sucré, moins on ressent le goût du sucre et moins il agit, ce qui nous pousse à en consommer toujours plus. Il devient donc dissificle d’arrêter le sucre. Mais à l’inverse, moins on en mange, plus le palais est rapidement saturé, on est écœuré. La bonne nouvelle est donc qu’en se déshabituant progressivement, on peut perdre ce goût du sucre et s’en détacher. Et donc se sevrer.

Mange-t-on vraiment trop de sucre ?

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) comme l’Agence nationale de Sécurité sanitaire de l’Alimentation (ANSES) recommandent de ne pas dépasser 50 grammes par jours, soit 10 cuillerées à café. En France, on en consomme actuellement 100 grammes par jour en moyenne. C’est beaucoup trop ! La moitié se trouve naturellement dans les aliments, et l’autre moitié dans les sucres dits « ajoutés », parmi lesquels on compte à la fois le sucre lui-même et le sucre « caché ». On estime que 74% des aliments vendus en supermarché (boissons comprises) contiennent du sucre.

L’industrie agro-alimentaire utilise différents sucres pour rendre plus savoureux les produits transformés, généralement élaborés à partir de matières premières peu coûteuses et de qualité médiocre. Cela permet de masquer le goût éventuel des additifs comme les colorants, conservateurs, agents de texture… Ils favorisent également la fermentation du pâtes à pains, à brioches, à pizzas, ou de pain de mie. Ils améliorent la texture et la couleur des aliments. Ce sont ces sucres cachés qui posent aujourd’hui problème.

Pourquoi faut-il arrêter le sucre ?

Un gramme de glucide (simple ou complexe) apporte quatre calories. C’est deux fois moins que les lipides. C’est pourquoi on a jusqu’à présent massivement diabolisé le gras, coupable d’entraîner des maladies cardio-vasculaires et de prise de poids. Ces dernières années, de nombreuses études ont démontré que le sucre était encore plus nocif pour notre silhouette et notre santé. Le sucre consommé en excès est à l’origine de surpoids et d’obésité, de maladies liées au surpoids, de diabète de type 2, de cancers comme celui du sein ou du côlon, mais aussi des troubles du comportement comme l’hyperactivité. Le sirop de glucose (mélange de fructose et glucose) plébiscité par l’industrie serait toxique pour notre organisme. Il serait responsable notamment de certaines pathologies du foie et de maladies cardio-vasculaires en raison de son effet sur le cholestérol.

Savoir éviter les aliments contenant du sucre « caché » pour évoluer vers une alimentation sans sucre ajouté permettrait :

  • d’augmenter le bon cholestérol,
  • faire baisser sa glycémie,
  • diminuer les risques de maladies et d’infections,
  • perdre du poids,
  • perdre de la cellulite,
  • avoir une plus jolie peau,
  • une digestion facilitée,
  • de mieux gérer sa glycémie pour éviter les coups de barre dans la journée.

Pour aller plus loin :