démaquillage

Démaquillage : le secret d’une peau parfaite

Le démaquillage est une étape incontournable de la routine de soin quotidienne même si il est souvent perçu comme une corvée. Allié d’une peau plus belle et plus jeune, faites en sorte qu’il soit aussi un vrai moment de plaisir afin de ne plus jamais le zapper !

Pourquoi est-ce indispensable ?

Que vous soyez citadin.e ou que vous viviez au grand air, que vous vous maquilliez ou non, le démaquillage est une étape fondamentale de la routine de soin. Car les fards, crèmes et fond de teint ne sont pas les seuls éléments qu’il va permettre d’éliminer : sébum, impuretés, poussière et pollution sont les ennemis d’une belle peau. Il est donc important de s’en débarrasser le soir venu pour que la peau puisse effectuer normalement son travail de régénération cellulaire durant la nuit. Ainsi nettoyer sa peau chaque soir, en profondeur mais en douceur, lui permet de respirer, se renouveler, et optimiser les soins de nuit. Résultat, en se démaquillant quotidiennement (et surtout les jours d’excès…), on garde ou on retrouve une peau plus lisse, plus belle, plus douce, au teint clarifié

Trouvez votre routine démaquillage 

Pour ne jamais zapper cette étape souvent jugée contraignante, surtout les soirs de grande fatigue, essayez de trouver un protocole agréable, pour que ce moment devienne un vrai privilégié, tout en respectant les besoins de votre peau. Huile, gelée, lait, eau micellaire, il existe de nombreuses formules spécialement conçues pour un démaquillage soigné et respectueux de l’épiderme et de la zone fragile du contour de l’œil. La peau est bien propre, prête à recevoir et maximiser les effets des sérum, crème et contour de l’œil ! Le matin, vous vous réveillerez le teint plus frais, la peau plus lumineuse. 

L’eau micellaire pour les plus pressé.es

Si vous ne vous maquillez pas, ou très légèrement, un coton imbibé de lotion micellaire suffit pour débarrasser la peau des saletés accumulées tout au long de la journée. Passez le coton sur votre visage, puis un deuxième, jusqu’à ce que celui-ci finisse tout propre, puis vaporisez un peu d’eau thermale ou minérale et tamponnez à l’aide d’un mouchoir en papier ou d’une serviette propre. Les lotions micellaires sont souvent portées « sans rinçage », mais on conseille tout de même de le faire pour débarrasser la peau des tensio-actifs (agents nettoyants) que la lotion contient, ceux-ci pouvant irriter la peau. Pour un moment plaisir, vous pouvez remplacer cette étape par une pulvérisation d’eau florale de votre choix (rose, fleur d’oranger…) avant d’appliquer vos soins.

Le démaquillage douceur pour peaux sensibles

Les peaux sensibles réagissent aux formules agressives et trop décapantes, mais aussi à certains ingrédients (acide glycolique, alcool…) contenus dans certaines lotions et au frottement du coton. Certaines sont même sensibles et tiraillent au contact de l’eau. Pour toutes les peaux réactives et hypersensibles, on conseillera plutôt le classique duo lait et lotion. Alternative agréable, le lait se décline désormais en gelée fraîche, mais le principe reste identique. Pour limiter les frottements, appliquez de préférence le lait du bout des doigts, en effectuant un léger massage, puis appliquez les paumes des mains et effectuez un effet ventouse pour décoller les impuretés. Rincez ensuite le lait à l’aide d’un coton imbibé de lotion, dans un geste doux, jusqu’à ce que celui-ci soit bien propre. Finissez en appliquant vos soins de nuit.

Le démaquillage japonais pour les perfectionnistes

Au Japon, les rituels de soin sont ancestraux, et les femmes apportent un soin très méticuleux au démaquillage et nettoyage de leur peau. Il s’agit d’un nettoyage en trois temps qui précède toujours l’application de soins et/ou de masques de beauté. 

  • Démaquillage à l’huile ou au baume démaquillant. Le gras qu’ils contiennent permet de dissoudre très efficacement saleté, sébum, fards et fond de teint. Chauffez légèrement l’huile ou le baume entre vos mains, massez doucement votre visage, puis rincez à l’eau tiède. Les huiles et baumes démaquillants sont conçus pour s’émulsionner à l’eau, au contraire des huiles pures. La marque japonaise DHC est un best-seller, là-bas, mais aussi aux États-Unis et en Europe.
  • Nettoyage avec un produit moussant. Cette étape permet d’éliminer les dernières traces d’huile, de maquillage, les impuretés et la pollution. Il laisse la peau parfaitement nette. Choisissez un nettoyant doux, sans savon, pour peaux sensibles, ou désincrustant ou exfoliant si votre peau est sujette aux imperfections (pas plus de trois fois par semaine pour ne pas la décaper). C’est le moment d’utiliser une brosse nettoyante ou une éponge konjac. Rincez de nouveau avant de sécher délicatement le visage.
  • Parfaire le tout en appliquant une lotion à l’aide d’un coton afin de débarrasser le visage des traces de calcaire et de nettoyants, qui irritent la peau et encombrent les pores. Adaptez la lotion aux besoins de votre peau : hydratante, pour une peau en manque de confort, par temps sec ou froid ; purifiante pour une peau aux pores dilatés ou obstrués, si vous avez fait des excès ou si vous vivez dans une atmosphère polluée ; exfoliante si vous avez le teint terne ou que vous fumez.

Mon conseil

Le démaquillage est souvent gourmand en coton. Or le coton est l’une des cultures qui demandent le plus d’eau et représente un vrai problème écologique; les disques pour le démaquillage sont traités et blanchis chimiquement. Si vous souhaitez limiter votre impact sur l’environnement, optez pour des disques lavables et réutilisables en tissu éponge ou fibre de bambou, très doux pour la peau. Achetez-en une dizaine et lavez-les à la fin de la semaine dans un petit filet de lavage avec vos serviettes de toilette. Vous les trouverez en magasins bio, rayons accessoires beauté ou e-shops beauté.


beauté japonaise

Les Secrets de la beauté japonaise dévoilés

Du 7 octobre 2020 au 6 février 2021, la Maison de la Culture du Japon à Paris propose un exposition inédite autour de la beauté japonaise. Coiffure, maquillage, rituels et tradition, une exposition passionnante à découvrir absolument si vous êtes de passage à Paris.

Les codes de la beauté japonaise

Quand on pense à la beauté japonaise, il est difficile d’échapper à l’image des geishas, sublimes silhouettes devenues mythiques, que l’on croise encore aujourd’hui dans certaines rues de Kyoto. Kimono, ceinture obi, chignons ornés de piques, visages et cou d’un blanc immaculé, bouche rouge… Saviez-vous que cette esthétique si particulière et chère à la tradition remonte à l’ère d’Edo (1603-1867) ? C’est à cette période que se sont construits ces codes de la beauté, en même temps que l’art du théâtre kabuki et des estampes. La beauté des femmes japonaises est codifiée. Le moindre détail est pensé dans des manuels d’éducation et transmis de génération en génération. L’esthétique est alors un marqueur social fort. Il permet de déterminer l’appartenance de classe, mais aussi le statut marital de la femme. 

Le Gynécée de Chiyoda : Le changement d’habits, Yôshû Chikanobu © POLA Research Institute of Beauty & Culture

Placement de produit et influenceurs avant l’heure

À deux pas de la Tour Eiffel et du musée du Quai Branly se trouve la Maison de la Culture du Japon. C’est là que se tient, jusqu’au 6 février 2021, une très belle exposition qui raconte, au travers de nombreuses estampes et accessoires, l’importance sociale de la beauté japonaise.

Les estampes montrent des portraits de femmes aux coiffures et maquillages très sophistiqués, des scènes de femmes s’apprêtant, des représentations fidèles d’ustensiles et de produits cosmétiques. Certaines des pièces présentées nous montrent que les réseaux sociaux n’ont pas inventé le placement de produits. Les noms des produits ou des marchands sont représentés et mis en scène. Les marques de rosée florale, rouge précieux et blanc pour le teint, best-sellers de l’époque, ont déjà de jolis contenants et des ambassadeurs : les acteurs de kabuki et les courtisanes. Leurs silhouettes pointues faisaient l’admiration de toutes les femmes. De vrais « faiseurs de tendance », dont l’art de la parure devenait un source d’inspiration quotidienne.

Blanc, noir, rouge : trois couleurs pour un maquillage complexe

Le maquillage à l’ère Edo tourne autour de trois couleurs seulement. L’application demande un certain savoir-faire et obéit à des codes très précis.

  • Le blanc, un art subtil utilisé pour le visage, le cou et la nuque. Il est dosé pour apporter de l’éclat et du modelé au visage. Il doit mettre certaines zones en valeur, et en éviter d’autres, comme la racine des cheveux. 
  • Le noir, un marqueur social fort utilisé pour les sourcils, mais aussi les dents. Les femmes se teignent les dents de noir une fois mariées. Elles se rasent les sourcils à la naissance de leur premier enfant. Il y a cependant des exceptions. Ainsi, dans la noblesse de cour et l’aristocratie guerrière, passé un certain âge, les femmes redessinent leurs sourcils haut sur le front, en fonction de la forme de leur visage. Et les courtisanes peuvent aussi se teinter les dents de noir, en signe de fidélité à leur client.
  • Le rouge, rare et précieux. Il se pose avec parcimonie sur les lèvres et les joues, mais aussi les ongles et le coin de l’œil. 

La coiffure japonaise : l’art du chignon à son apogée

L’art sophistiqué de la coiffure connaît un tournant à l’époque Edo. Depuis des siècles, les japonaises laissaient traditionnellement pendre leur longue chevelure dans le dos. Mais les danseuses de kabuki et les femmes de plaisir ont commencé à relever leurs cheveux vers la fin du XVIe siècle. Tout comme le maquillage, la coiffure est un indicateur d’âge, de classe sociale, de statut matrimonial ou de profession. Les styles de chignons se diversifient rapidement, au point qu’on en compterait jusqu’à plusieurs centaines. Certains ont été reproduits sous forme de perruques miniatures pour l’exposition. Parallèlement se développent les ornements de cheveux. Peignes, épingles, piques en nacre, argent, bois, ivoire ou écaille de tortue viennent ainsi égayer le noir des cheveux. Ce sont les seuls accessoires des femmes japonaises, qui ne portent aucun bijou : pas de colliers, bracelets, bagues ou boucles d’oreilles.

© POLA Research Institute of Beauty & Culture

Secrets de beauté, Maquillage et coiffure de l’époque Edo dans les estampes japonaises


lèvres acide hyaluronique

lèvres et injections d’acide hyaluronique : ce que vous devez savoir

Pour retrouver de belles lèvres, l’acide hyaluronique est l’une des solutions que vous pouvez envisager. Même si depuis le port généralisé du masque, on a davantage tendance à miser sur notre regard que sur notre sourire, lorsque vous tombez le masque, les lèvres trop fines ou asymétriques peuvent créer de vrais complexes. Voici nos meilleures solutions pour retrouver de belles lèvres.. et le sourire !

Dans notre article consacré aux lèvres, nous vous avons expliqué comment en prendre soin pour qu’elles restent douces, lisses et bien hydratées. C’est déjà un bon début pour les repulper. Mais la solution la plus efficace pour donner galbe et volume aux lèvres reste les injections d’acide hyaluronique. Elles peuvent également permettre de corriger une asymétrie, ou lisser les ridules du contour de la bouche.

Pourquoi mes lèvres sont-elles plus fines aujourd’hui qu’à mes 20 ans ?

C’est normal. Cela est dû au processus naturel de vieillissement, qui entre en action dès l’âge de vingt ans. La génétique joue un grand rôle, ainsi que les habitudes (soleil, cigarette, boire à la paille ou bouteille…).

Tous ces facteurs peuvent causer :

  • un affaissement des volumes,  
  • un abaissement des commissures de lèvres (coins de la bouche),
  • des rides et ridules.

Tout cela accentue encore l’effet « lèvres fines ». Avec l’âge, le volume des lèvres diminue, elles deviennent plus fines, moins bombées et plus plates. Les bordures colorées (appelées « vermillon ») et l’arc de Cupidon deviennent moins précis, moins définis. Enfin, la zone située entre le nez et la lèvre supérieure peut devenir plus plate, et les lèvres sont moins ourlées. Tous ces changements peuvent vous donner un air fatigué, triste ou amer.

Lèvres et injections d’acide hyaluronique

Les injections peuvent faire peur, mais elles ne sont pas forcément synonymes de bouches en bec de canard ou de lèvres ultra-pulpeuses. Loin de là. L’acide hyaluronique est une molécule déjà présente dans le corps, inoffensive et résorbable.  

Les injections permettent :

  • d’hydrater les lèvres,
  • redéfinir l’arc de Cupidon et la zone située entre le cœur de la lèvre et le nez appelée le philtrum,
  • redessiner le contour de la bouche,
  • corriger une asymétrie ou un petit défaut,
  • estomper les rides et ridules autour de la bouche,
  • repulper les lèvres et le redonner du galbe.

C’est l’expertise du chirurgien ou du médecin esthétique qui va déterminer la bonne dose d’acide hyaluronique à injecter dans vos lèvres. Pour éviter l’effet « bec de canard », on respecte les proportions naturelles de votre bouche en injectant en haut et en bas pour un résultat harmonieux. Le résultat dure entre 6 et 18 mois selon les cas.

Combien coûte les injections d’acide hyaluronique dans les lèvres ?

Le prix dépendra du médecin qu’il soit chirurgien esthétique, médecin esthétique ou dermatologue, et du nombre de seringues utilisées. Comptez environ 300€. Ce sont les produits injectés qui coûtent cher et chaque seringue entamée est à usage unique. La seringue pré-remplie comporte une étiquette pour identifier la marque et le numéro de lot que le médecin doit conserver. En France, seuls les produits résorbables sont autorisés.

Les précautions à prendre : le médecin doit connaître vos antécédents médicaux, et savoir vous avez déjà procédé à des injections (combien, quand, quels produits et dans quelle zone) pour éviter toute interaction ou surdosage. Si vous êtes sujet.te.s aux boutons de fièvre, il n’y a pas de contrindication, mais il faudra encadrer l’injection par un traitement antiviral.

Close up photo of smiling woman’s mouth and teeth.

Le résultat ?

Un sourire plus « plein », des lèvres légèrement galbée, des rides estompées… Que vous souhaitiez des lèvres plus pulpeuses ou simplement contrer les signes de l’âge, les injections d’acide hyaluronique sont une solution pour vous donner l’air plus jeune, plus frais, plus reposé.e.

Glossaire

À lire :


belles lèvres

De belles lèvres pour un sourire radieux

On rêve toutes et tous de belles lèvres douces et lisses toute l’année. Mais en cette saison, elles ont tendance à se dessécher et à gercer. Cette sensation inconfortable qui peut rapidement devenir douloureuse. Ce désagrément nous fait perdre le sourire, même sous notre masque… Voici nos meilleures solutions pour retrouver de belles lèvres !

Pourquoi mes lèvres sont-elles sèches ?

Les lèvres ont une peau très fine et dépourvue de lipides, elles sont donc sèches et fragiles par nature. Mais plusieurs facteurs peuvent aggraver la situation, notamment en hiver :

  • Le froid fait tirailler la peau et nous incite à humidifier les lèvres pour plus de confort. Cela a pour effet contraire de les déshydrater davantage et provoque des gerçures. 
  • Les boissons chaudes, comme le thé ou le café dessèchent beaucoup les lèvres, comme la cigarette.
  • Certains baumes à lèvres en stick ne font que soulager temporairement gerçures et sècheresse sans les soigner. Le coupable est un ingrédient présent dans certaines formules, qui permet aux sticks de conserver leur forme solide. Il possédant cependant un inconvénient majeur : il est déshydratant à cause de la cire synthétique, un genre de paraffine. Pour savoir si votre stick en contient, regardez la composition. Vous pouvez retrouver cet ingrédient sous l’appellation Petroleum WaxSynthetic WaxCire microcristallineCire d’hydrocarbure ou Cire de Paraffine.
Le saviez-vous ? Certains sticks à lèvres dessèchent les lèvres au lieu de les hydrater

Comment retrouver des lèvres douces et bien hydratées ?

  • Préférez de manière générale les sticks bio ou naturels, ou les baumes en tubes ou pots, à appliquer avec des doigts propres, surtout en cette période.
  • Optez pour des baumes ou des gloss repulpants. Le menthol présent dans la formulation va relancer la circulation, provoquant de petits picotements, un rosissement et un subtil gonflement des lèvres, ainsi qu’une bonne hydratation.
  • La nuit, dormez avec une épaisse couche de baume à lèvres ou de crème émolliente adaptée à cette zone. En effet, certains produits cosmétiques détournés pour leur action ne sont pas conçus pour être appliqué sur la bouche, même en quantité minime, de façon régulière. Le matin, débarrassez-vous des petites peaux mortes ramollies par le baume en frottant délicatement avec un coton-tige enduit de baume. C’est indolore et radical contre les lèvres gercées. Notez qu’une vingtaine de minutes de pose peuvent suffire si vous ne souhaitez pas dormir avec du baume.
  • On peut également utiliser un gommage spécifique pour les lèvres. Ce sont généralement des formules douces et nourrissantes pour ne pas les abîmer, comme des grains de sucre dans de l’huile. Gommez du bout des doigts, dans un mouvement doux, jusqu’à ce que les grains fondent, puis retirez l’excédent délicatement, sans rincer.
  • Les masques en crème ou en tissu (ou patchs) ont les mêmes effets hydratants et repulpants qu’un baume. Ils ont également un effet anti-âge car ils lissent le contour de la bouche pour un effet rajeunissant. On les garde une dizaine de minute, voire plus si vous avez le temps, puis on enlève délicatement l’excédent de produit, sans rincer. Au quotidien, pour le contour de la bouche, à la peau très fine, un soin contour des lèvres ou « contour yeux et bouche » permet de lisser l’épiderme et de limiter l’apparition des ridules, surtout si vous êtes fumeur.se ou avez l’habitude de boire à la bouteille ou à la paille.
  • Les injections d’acide hyaluronique à faible dose permettent de réhydrater durablement les lèvres, sans forcément avoir d’effet volume très prononcé. Cela dépend du type d’acide utilisé mais aussi de la quantité injectée.
Des lèvres lisses et bien nourries que le rouge n’a plus qu’à sublimer.

Le bon rouge pour moi

Les occasions de porter du rouge à lèvres sont beaucoup plus rares avec le port du masque. Mais une fois que vous aurez retrouvé des lèvres douces et lisses, vous aurez peut-être envie de renouer avec votre couleur préférée, pour une soirée à deux ou une occasion spéciale.

En matière de rouges à lèvres, il y en a vraiment pour tous les goûts, toutes les envies :

  • Le classique rouge vif va à tout le monde. Il sera plus flatteur si vous le choisissez en fonction de votre carnation, pour donner bonne mine. Pour les teints clairs, plutôt rosés, on conseillera un rouge froid, presque cerise. Si votre carnation est chaude ou dorée, une pointe d’orangé vous donnera meilleure mine. Les peaux mates ou foncées ont de la chances, tout leur va ! 
  • Et les nudes ? Si vous avez le teint pâle ou clair, choisissez une teinte froide (bois de rose ou rosé). Si vous avez le teint doré, choisissez une teinte plus chaude, vers le beige ou le marronné. 
  • Question texture, un mat va « rétrécir«  visuellement vos lèvres alors qu’un satiné ou brillant donnera une impression de volume. Pour donner un effet repulpant, appliquez un peu de rouge à lèvres légèrement plus clair au cœur des lèvres. 
  • Certaines couleurs peuvent accentuer ou faire ressortir la tonalité jaune des dents. Si elles ont une teinte trop orangée ou au contraire parce qu’elles tirent vers le violet, couleur complémentaire du jaune. C’est subtil : parfois ces sous-tons sont invisibles ou presque à l’œil nu, mais font effet malgré tout.
  • Vous pouvez tricher en augmentant très légèrement le volume de vos lèvres en redessinant leur contour avec un crayon de la même couleur que votre rouge à lèvres.

Pour aller plus loin :


Michel Gomez

Michel Gomez : Le coiffeur a un rôle social à jouer

Repenser le métier de coiffeur, comme étant non pas un simple artisan de la beauté, mais comme un pilier de la communauté, tel est le credo de Michel Gomez. En tant qu’homme, mais aussi qu’entrepreneur, il n’hésite pas à faire sa part des choses : artisan détenteur d’un savoir-faire précieux, le coiffeur a aussi un vrai rôle social à jouer et à repenser.

Après plus de vingt-cinq ans d’expérience dans la coiffure, aujourd’hui à la tête de dix-huit salons, Michel Gomez reste un témoin privilégié de la relation unique qui se tisse entre le coiffeur et sa clientèle. Pour lui, il est primordial de montrer que le coiffeur est un homme ou une femme engagé.e aux côtés de ses clients.es et des causes qui comptent pour eux.

Repenser le métier de coiffeur

Ces dernières années, les écoles de coiffure se sont vidées. Le métier semble avoir perdu de son attrait auprès des jeunes générations. Mais le confinement et la fermeture obligatoire des salons de coiffure aura au moins permis une chose : remettre à l’honneur le savoir-faire et l’importance du rôle social du coiffeur, un métier sous-estimé, souvent invisibilisé. Pendant ces longues semaines, la petite visite au salon a commencé à manquer. Nos coiffeurs nous ont manqué. Pour leur technique, leur coup de ciseau ou de pinceau, mais aussi pour l’ambiance et les conversations, tout le lien social tissé entre le bac et le fauteuil.

Le coiffeur est le confident, l’oreille attentive, le relai des informations locales et des dernières tendances, celui ou celle à qui on confie son image pour tous les grands moments de la vie. Confidence après confidence, grande occasion ou heureux événement, le coiffeur est proche de ses client.e.s dans tous les moments de la vie. Quand il rentre chez lui, le soir, c’est chargé de toutes les histoires entendues au fil de la journée. Les bonnes, les mauvaises nouvelles, les luttes, les victoires, les fatalités. Il se doit d’agir, d’en faire quelque chose.

Le coiffeur est un homme de cœur

L’accompagnement du coiffeur va plus loin qu’une nouvelle tête ou une belle coiffure. « Plus que jamais en ces temps troublés, on doit faire preuve de solidarité. On ne peut pas fonctionner sans se sentir concerné par ce qu’il se passe autour de soi. Mais il ne suffit pas d’être concerné, il faut s’engager, et donc agir. Il faut faire des choses, au travers de l’entreprise ou de ses actions personnelles, ne pas faire les choses que pour soi. Il faut prendre le temps de réfléchir et d’agir » nous confie Michel.

Pour être une personne engagée, une enseigne engagée tous les ans, les salons Excel et Label Coiffure soutiennent une cause différente aux côtés d’une association choisie avec soin. Les salons mettent en avant ses actions, sensibilisent au sujet retenu et récoltent des dons auprès d’une clientèle qui accueille chaleureusement cette initiative.

Michel Gomez et son associé Jérôme Guiraud ainsi que les salons qu’ils représentent, Label Coiffure et Excel Coiffure, s’engagent tous les ans auprès d’une association.

Au cours des dernières années, les salons Label et Excel ont soutenu la lutte contre la mucoviscidose et la construction d’une école au Sénégal. En avril, ils avaient choisi de défendre l’accès à l’eau potable. Mais avec la fermeture obligatoire des salons, le projet a été reporté au printemps prochain. Ils sont fiers de pouvoir compter sur la solidarité de leurs partenaires et la générosité de leurs clients. Souvent sollicités pour soutenir des causes, les Français n’hésitent pas à répondre présents.

Octobre Rose dans les salons

Cette année, c’est à l’association Ruban Rose que Michel et Jérôme ont choisi de faire écho dans leurs salons. L’association lance chaque année l’opération Octobre Rose pour sensibiliser au dépistage et à la lutte contre le cancer du sein.

L’idée de Michel et Jérôme est simple mais motivante. C’est de proposer à la clientèle des salons Label Coiffure et Excel Coiffure de faire des dons pour l’association, dans une urne. À la fin du mois d’octobre, le montant des dons sera doublé. Ainsi, si la collecte est de 10 euros, c’est un chèque de  20 euros qui sera signé à l’association. Ces dons serviront à financer différents organismes de recherche contre la maladie. Une course caritative Color Run devait avoir lieu à Carcassonne, mais elle a dû être annulée en raison de la crise sanitaires. Son but ? Soutenir la recherche, via des dons, mais aussi sensibiliser au dépistage et ouvrir le dialogue. Car on a tous, autour de nous, un.e ou des proches directement ou indirectement touché.e.s par la maladie.

Des coiffeurs engagés

Commerçant de proximité ou de centre-ville, le coiffeur a aujourd’hui une place de choix. Il est l’un des rares à avoir le temps d’échanger avec ses clients, y compris les plus isolés, sur des sujets de société comme de choses plus intimes. Michel aimerait ainsi profiter de cette posture privilégiée pour sensibiliser le public à des causes, mais aussi à l’engagement social. Les bons comme les mauvais. Repenser la profession, dépasser le côté « superficiel » d’un métier vu comme d’apparence.

« Les coiffeurs sont au centre de la vie quotidienne. Ils ont un vrai rôle social. »

Artisans de la beauté, les coiffeurs.euses œuvrent pour la confiance et l’intégration de chacun. « Un passage chez le coiffeur, confie Michel Gomez, c’est aussi une manière de s’intégrer au monde. Quand on choisit de ne pas s’intégrer, de se marginaliser, on adopte généralement la coiffure qui va avec le mouvement. Au contraire, quand on souhaite s’intégrer rentrer dans les rangs, l’image, la coiffure, sont très importantes. Aujourd’hui, celui qui ne maîtrise pas son image ne s’intègre pas« . Ne pas pouvoir se rendre chez le coiffeur faute de moyens est donc stigmatisant. C’est ainsi que chaque mois, Michel et Jérôme mobilisent un.e de leurs salarié.e.s pour qu’il.elle aille coiffer gracieusement dans des associations d’aide à la réinsertion, des personnes en difficulté.

Légendes :

  • collection 2020 Excel Coiffure – Photos: Pawel Wylag – MK Production
  • Collection 2020 Label Coiffure – Photos: Weronika Kosińska – MK Production

Célébrons la journée internationale du café !

Chaque année le 1er octobre a lieu la Journée internationale du Café. Une journée qui s’étend en réalité sur plusieurs jours : cette année, c’est du 28 septembre au 2 octobre. L’occasion pour tous de prendre le temps d’échanger autour d’un petit espresso énergisant ou d’un grand capuccino réconfortant. Mais aussi de mettre le café à l’honneur dans les salons !

Connaissez-vous le café ?

Le café est la boisson la plus consommée en France après l’eau : 9 adultes sur 10 en consomment régulièrement, sous toutes ses formes (capsules ou dosettes, moulu, soluble ou en grains). Si il plaît autant, c’est pour la finesse et la complexité de ses arômes : 800 molécules aromatiques sont développées par les grains de café après torréfaction. Soit 4 fois plus que le vin ! Délicieux pur, ceux qui lui reprochent son amertume le dégustent avec du lait, de la crème, du cacao et/ou du sucre au travers de recettes comme le latte, le macchiato, le moka ou l’incontournable cappuccino.

La caféine met entre 30 et 60 minutes pour libérer son action stimulante, mais elle a des effets sur la longueur : c’est pour ça qu’il est recommandé de ne plus en consommer entre 6 et 8 heures avant le coucher pour favoriser l’endormissement.

le café

Les bienfaits du café consommé raisonnablement :

  • riche en antioxydants,
  • stimulant grâce à la caféine
  • aide à prévenir le diabète, les infarctus et les accidents vasculaires cérébraux (AVC)..

Des journées à thème dans votre salon

Boisson populaire et conviviale par excellence, mettre le café à l’honneur est une bonne idée pour créer du lien avec ses clients. Sa complexité aromatique, la diversité des grains et des grands crus en font également un breuvage très élégant.

De nombreux salons proposent déjà à leur clientèle un café pour patienter. Pourquoi ne pas proposer ce jour-là un café d’exception, en partenariat avec un torréfacteur ou une épicerie fine du quartier ? Ou, pour ceux qui n’en consomment pas, une petite douceur, un macaron ou un petit chou au café par exemple. Des attentions souvent très appréciées des clients.

Cette année, il est difficile d’organiser des ateliers ou animations dans le respect des nouvelles règles sanitaires, mais les idées ne manquent pas. Pour les coiffeur, le café peut être une source inépuisable d’inspiration : des bruns chauds aux noms évocateurs comme « espresso », « moka », des châtains clairs comme « macchiato », « capuccino », ou pourquoi pas des beiges chauds, grand crème, ou latte… L’occasion pour vous de mettre en valeur vos techniques de coloration. En institut, il est temps de promouvoir des soins à la caféine, des palettes de fards aux tons chauds, ou des manucures aux couleurs sombres, bruns, noirs, si tendances en ce début d’automne !

Pour aller plus loin :