Tout savoir sur les UV

Ce que nous appelons les rayons du soleil sont en réalité des rayons ultraviolets appelés aussi UV. C’est grâce à eux que nous bronzons. Il est très important de comprendre leur fonctionnement pour pouvoir se protéger correctement et ne courir aucun danger lors de l’exposition.

Les UV, Qu’est-ce que c’est ?

Les rayons ultraviolets ou UV sont des rayonnements porteurs d’énergie. Indispensables, ils peuvent cependant avoir des effets destructeurs. Il en existe trois types : les UVA, les UVB et les UVC. Ils correspondent à trois plages de longueurs d’ondes qui ont plus ou moins de pouvoir de pénétration dans la peau. Ainsi, plus un UV aura une longueur d’onde longue, moins il sera nocif.

• Les UVA : Ils sont les plus faibles en termes d’énergie mais pénètrent plus profondément dans la peau, jusqu’au derme superficiel. Ils participent en grande partie au phénomène du bronzage « immédiat » en faisant migrer les grains de mélanine vers la surface de la peau. A un degré moindre que les UVB, ils sont aussi impliqués dans les coups de soleil. Les UVA sont responsables du vieillissement cutané et de l’apparition des rides. Sous leur effet, les fibres qui assurent l’élasticité de la peau se cassent littéralement. Ils sont également à l’origine de la production des radicaux libres, impliqués dans l’apparition de nombreux problèmes, dont les taches et le cancer.

• Les UVB : Partiellement filtrés par l’atmosphère, ils sont arrêtés en arrivant à la surface du corps par la couche cornée. Leur longueur d’onde moyenne fait qu’ils ne traversent que l’épiderme. Les UVB sont liés aux cancers de la peau et aux cataractes. Ils sont responsables des coups de soleil, mais aussi du bronzage, bouclier créé par l’organisme pour se protéger. Enfin, ils sont capables de produire de très fortes quantités de radicaux libres oxygénés dans les cellules de la peau. En revanche, les UVB sont bénéfiques pour certains types de pathologies de la peau.

• Les UVC : Ils sont les plus puissants et donc les plus dangereux. Heureusement, ils sont filtrés par la couche d’ozone de l’atmosphère et n’atteignent donc théoriquement pas la surface de la terre.

Les index UV

Pour quantifier l’intensité du rayonnement UV et le risque qu’il représente pour la peau, l’index UV, promu par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), a été inventé.

Vous pouvez connaitre l’index UV (ou indice UV) de l’endroit où vous vous trouvez sur votre smartphone dans l’appli Météo, tout en bas.

L’index UV se décline en 5 catégories correspondant à un niveau de risque :

  • 1-2 faible : le port de lunettes de soleil est conseillé en cas de journée ensoleillée.
  • 3-5 modéré : se couvrir, porter un chapeau et des lunettes, appliquer un écran solaire de protection moyenne et chercher l’ombre aux alentours de midi.
  • 6-7 élevé : réduire l’exposition entre midi et 16 heures et appliquer un écran solaire de haute protection. Sans oublier le chapeau, les lunettes de soleil, ni de se mettre à l’ombre.
  • 8-10 très élevé : éviter l’exposition au soleil entre midi et 16 heures et rechercher l’ombre. Se couvrir et appliquer un écran solaire de très haute protection.
  • 11+ extrême : non protégée, la peau brûlera en quelques minutes. Eviter toute exposition au soleil et choisir un écran solaire de très haute protection.

Les variations de l’index UV sont avant tout liées à la position du soleil dans le ciel, qui détermine l’épaisseur d’atmosphère traversée par les rayons. Ainsi, l’index UV varie en fonction de :

  • l’heure : il y a environ 3 fois plus d’UV à 14 heures qu’à 10 heures.
  • la date : dans l’hémisphère nord, c’est autour du solstice d’été (21 juin) qu’il y a le plus d’UV.
  • la latitude : en été, l’index UV atteint des niveaux 2 fois plus élevés en Guadeloupe qu’en France métropolitaine et 3 fois plus qu’en Suède.
  • l’altitude : l’index UV augmente d’environ 10% pour 1000 mètres d’élévation.
  • la réverbération : la neige en hiver, le sable et l’eau en été peuvent doubler la quantité d’UV.
  • l’épaisseur de la couche d’ozone, la concentration de pollutions diverses et enfin les nuages, dont le rôle peut être trompeur. Si les nuages bas et sombres (cumulo-nimbus) peuvent absorber la quasi-totalité des UV, les nuages d’altitude (cirrus et altostratus) donnent une fausse impression de sécurité en réduisant la luminosité sans réduire significativement l’intensité des UV.

Les effets des UV

En faible quantité, le rayonnement UV est indispensable pour la santé. Il permet la synthèse de la vitamine D, mais aussi de traiter plusieurs maladies dont le rachitisme, le psoriasis et l’eczéma. Sans eux, il n’y aurait pas de vie sur Terre.

Revers de la médaille : les UV peuvent également causer des dégâts sur notre santé si l’on ne se protège pas suffisamment. Cancers, mélanomes, vieillissement cutané, coups de soleil, insolations, cataractes, sont autant de dangers induits par une exposition sans modération.

À lire aussi :


Publié par

Avatar

Brigitte Dubus

Entrepreneuse, experte en communication, marketing et développement de business avec 20 ans d'expérience dans la direction de projets B2B et B2C innovants dans différents secteurs offline, online et événementiel, j'ai créé en 2010 le magazine Perfect Beauty dédié à la beauté médicale autour d'un comité d'experts dans le domaine (chirurgiens, médecins, dermato, nutritionnistes, coach sportifs, kiné, esthéticiennes, pharmaciens, scientifiques...). J'ai ensuite dirigé le magazine Biblond, magazine B2B dédié au marché de la coiffure, pour en faire l'un des leaders de son marché. En 2018 j'ai suivi des formations pour passer mon CAP coiffure afin de me rapprocher de mes lecteurs-coiffeurs et mieux comprendre le métier de coiffeur, ses difficultés mais aussi les joies qu’il peut procurer. Aujourd’hui, forte d’une expérience à 360° du marché de la coiffure et de la beauté en général, toujours soucieuse de valoriser le métier de coiffeur et d’aider les acteurs de ce marché, je mets mes connaissances des médias, de la communication et du marketing au service de chacun.

Laisser un commentaire